Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PARTEZ A L'AVENTURE de...

L'ARCHEOLOGIE BIBLIQUE !

  (mont Moïse)

Où de l'histoire de la création de la Bible dans chacune des confessions chrétiennes

cliquez-ici !

Recherche

musique

musique du temps présent :

 

 

 

 

 

15 novembre 2012 4 15 /11 /novembre /2012 08:26

Membre du groupe œcuménique de Château-Gontier, je tiens à préciser que je ne représente ici que mon propre point de vue basé non sur le témoignage donné dans le diocèse de Laval mais sur le site internet de la personne.

Philippe Ariño est un jeune professeur d'espagnol de 32 ans, invité à des conférences ainsi qu'à des émissions et auteur d'ouvrages ainsi donc que d'un site internet. Il témoigne de son homosexualité, de son parcours et de son choix de vie singulier mais également d'une réflexion qui se veut une analyse de l'homosexualité en général.
« La simplicité, la joie, la délicatesse de Philippe parlent d'elles-mêmes », ai-je lu. Je ne mets pas en doute la sincérité ni la délicatesse de Philippe Ariño et encore moins les grâces qu'il peut recevoir de Christ mais je rappelle que la beauté et l'élocution d'un témoignage ne garantissent pas d'eux-mêmes la justesse d'un tel témoignage, du moins pour sa partie analyse. C'est principalement sur elle que je m'attarde, précisant donc que le propos de Philippe Ariño ne se réduit pas à cette analyse.

Concernant son témoignage sur sa personne, que la continence soit le meilleur pour lui, c'est tout à fait possible, surtout s'il la vit en Christ. N'en déplaise à certains courants de pensée, la continence n'est pas, en soi, une absurdité (Faut-il que cette continence soit nécessairement perpétuelle même si elle peut être concrètement, sainement et saintement perpétuelle est une autre question).
Qu'elle soit le meilleur chemin pour toutes les personnes homosexuelles, j'en doute fortement et seul le Christ le sait concernant le concret de leur existence. Proposée comme l'unique des meilleurs chemins possibles, l'abstinence suscitera assurément des souffrances chez des personnes homosexuelles, c'est en tout cas mon point de vue (à l'inverse que l'on ne m'accuse pas de prôner tout et n'importe quoi).
En outre, je rappelle (comme généralité) que si la chasteté constitue un juste rapport à l'autre et à soi, elle peut se vivre dans l'abstinence ou bien avec la pratique de relations sexuelles. Et si l’abstinence est bien sûr tout à fait possible et peut être le meilleur chemin – et un témoignage à contre-courant de notre société actuelle – elle peut également être vécue de manière tout à fait non chaste (par exemple s’il s’agit d’une volonté de maîtrise absolue de son corps et de ses désirs).

Concernant l'analyse de Philippe Ariño sur l'homosexualité en général, elle dit certes quelque chose de la réalité que vivent certaines personnes homosexuelles. Toutefois, elle manque de rigueur méthodologique et je m'étonne que ceux qui l'invitent à témoigner ne le souligne pas.
La profusion de son discours oral et écrit rendant fastidieuse une analyse complète de ce manque de rigueur, je me limiterai ici au « sept caractéristiques » dont il se sert pour définir le « désir homosexuel » et qui mettrait en évidence une blessure (l'homosexualité comme blessure étant un postulat de Philippe Ariño) : « fantasme ou désir de viol, désir d’être objet, négation des différences, peur d’être unique, désir de se prendre pour Dieu, haine de soi et désir de fusion ». Que l'ensemble de ces caractéristiques soient représentatif d'une seule personne homosexuelle, j'en doute un peu. Que plusieurs d'entre elles soient représentatives de certaines personnes homosexuelles, c'est fort probable. Et d'ailleurs comment s’étonner que des personnes qui discernant leur orientation homosexuelle découvre en même temps le dégoût profond ou l'objet de commisération qu’ils suscitent aux yeux d’un grand nombre de personnes (y compris malheureusement chez les chrétiens) aient du mal à se construire et développent différentes caractéristiques mal ajustées, voire déshumanisantes. (En outre, peut-on déplorer la fragilité d'un certain nombre de couple homosexuel et ne rien ou presque rien leur proposer ? à moins de ne pas leur souhaiter tant de bien que cela)
Sauf qu'il n'y a là rien, absolument rien de spécifique à l'homosexualité. Telles de ces caractéristiques se retrouvent également chez des personnes hétérosexuelles, de même que peuvent se retrouver chez certaines personnes hétérosexuelles « de gros drames », « une grande souffrance cachée », une « cristallisation de problèmes sociaux », un « reflet de ruptures diverses et variées en amour, en amitié, au niveau de la spiritualité », « des aventures amoureuses qui ne comblent pas », « drague », « porno », etc.
À l'inverse, ces idées ne sont pas représentatives de toutes les personnes homosexuelles. Il y a de telles personnes qui s'épanouissent dans leurs amours homosexuelles. Il y a aussi évidemment des souffrances, mais elles ne sont pas intrinsèques ni exclusives à l'homosexualité en soi (sauf peut être les souffrances qui sont liées à l'homophobie).
On pourrait questionner également ce qui peut être qualifié de sexisme dans certains propos de Philippe Ariño qui semblent omettre que parmi les personnes homosexuelles, il y a des femmes qui ne répondent pas à ses caractéristiques de l'homosexualité selon lui.

En outre, même si Philippe Ariño prône une ouverture envers les personnes homosexuelles, je crains que cette analyse colportée par lui et certains de celles et ceux qui l'ont écouté ne soit délétère ou du moins d'aucun secours pour l'ado ou le jeune homme qui discerne une orientation homosexuelle (ou bisexuelle).

La suite ne concerne plus le discours de Philippe Ariño, mais est un développement personnel :

Vous parents, en plus d'une saine éducation à la sexualité, avez-vous exprimé clairement à vos enfants que vous ne les rejetteriez pas s’ils vous confiaient un questionnement ou une orientation homosexuelle ? Prendriez vous le risque de laisser vivre votre enfant dans l’idée que, lorsque vous saurez, il/elle vous décevra, vous le/la rejetterez…

Et plus généralement, les personnes homosexuelles sont le plus souvent à l’affût et guettent les moindres signes leur permettant de savoir à qui elles peuvent se confier et qui risque de les rejeter.

Paroissiens, quelle que soit votre l'Église confessionnelle, même si vous considérez que la personne homosexuelle serait un pécheur à convertir ou une personne qui devrait être l'objet de compassion, je vous invite à considérer d'abord et avant tout ce qu'elle peut dès maintenant apporter positivement à l'Évangile du Christ et à la vie de l'Église.

Denis Gaultier


Aparté : puisque Philippe Ariño parle du viol, j'en profite pour inviter à la prévention du viol non pas symbolique mais réel, concernant les enfants. Institutionnellement, il existe une prévention de la récidive mais aucune prévention du premier passage à l'acte. Et ne vous faites pas trop d'illusion sur la réalité de cette prévention de la récidive, non pas du fait des personnes pédophilies mais du fait de l'institution : même avec de la bonne volonté, comment une personne peut elle s'engager dans une prise en charge efficace lorsque par exemple on l'oblige à changer de psy pour la troisième fois (psy avant la prison, autre psy en prison, autre psy après la prison).
Parents, bien sûr avec un vocabulaire et une expression adaptés et sans susciter la peur, je vous invite à en parler le plus tôt possible à vos enfants, en particulier pour qu'il sache dire voire crier “non” et à en faire part si, hélas, cela est arrivé (bien qu'en l'absence de preuve la parole sera à discerner). Il faut un minimum parler du contenu, les termes de viol ou d'inceste étant en soi trop abstrait y compris chez nombres d'ados et ne pas oublier, même si c'est statistiquement plus rare, qu'il existe des femmes qui abusent des enfants ou des ados.
Je noterais enfin que faire l'amalgame entre homosexualité et pédophilie est méconnaître autant l'une que l'autre. Quoi que vous pensiez de l'homosexualité, la pédophilie ne peut se traiter que pour elle-même.

Partager cet article

Repost 0
Published by oecuménisme dans la Paroisse de château-Gontier
commenter cet article

commentaires